Crescent Lament : Elegy for the Blossoms

Si je vous dis que Crescent Lament est un groupe de Taiwan qui fait de la musique traditionnelle japonaise teintée de death-metal et que je l’ai découvert leur album Elegy for the Blossoms via Angry Metal Guy, vous allez croire que je me fous de votre gueule.

crescent
Le groupe Crescent Lament. © D.R.

Je mentirais si je ne disais pas que la situation m’amuse, mais tout ce que j’ai dit ci-dessus est rigoureusement exact. Et, pour ceux qui n’ont pas révisé leur histoire du XXe siècle, il y a une très bonne raison pour laquelle un groupe taiwanais joue de la musique traditionnelle japonaise: c’est même, en partie, le thème de ce concept album.

Pour résumer, Taiwan a été sous occupation japonaise pendant près de cinquante ans, jusqu’en 1945, et les Japonais ont forcé des jeunes femmes de l’île à devenir des « geishas ». On appelle cela de la prostitution forcée et ça ne s’est hélas pas limité à Taiwan.

Elegy for the Blossoms est un album de dix pistes et un poil moins de quarante-cinq minutes, avec des morceaux entre une et six minutes. Il est chanté en Mandarin, avec une soprano, Muer Chou et, parfois, des contrepoints growlés.

Elegy for the Blossoms mélange instruments traditionnels, mandarin et vocaux death.

Musicalement, l’album est beaucoup plus proche de la musique japonaise et taïwanaise, avec de nombreux instruments traditionnels, avec quelques éléments de métal gothique et, donc des vocaux death.

Dans l’absolu, ce genre de mélange me réjouit, parce qu’il montre que le métal a une capacité impressionnante pour se mélanger avec d’autres genres musicaux. Cela dit, je suis moins enthousiaste quant au résultat final.

Si, dans l’ensemble, l’album est plutôt homogène, certaines intégrations semblent avoir été réalisées au forceps, genre « tiens, si je mettais un gros solo de guitare ici et du growl là? » J’ai aussi l’impression que Muer Chou, aussi talentueuse soit-elle, a parfois du mal avec ses montées dans les aigus.

Reste qu’avec cet album, Crescent Lament essaye quelque chose de réellement original, qui plus est sur un sujet difficile. Et, quand c’est réussi, c’est très bien; c’est juste que ce n’est pas réussi à tous les coups. Dommage.

Quoi qu’il en soit, si le concept vous intrigue, je ne peux que vous conseiller de jeter une oreille sur Elegy for the Blossoms, qui est disponible sur Bandcamp pour une somme raisonnable.

Article originellement publié sur Blog à part, le site de Stéphane « Alias » Gallay.

Guest

Invités réguliers ou occasionnels, ils participent à la vie d'Asian Winds.

Pas de commentaires pour le moment

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.

Vous pouvez utiliser ces tags HTML et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>